Marie-Claude Jouvet écrivain
Nima Sarkechik
Richard Rittelmann
Omo Bello
Bourse Rideau Québec
Ludovic Tézier
Melba Recording
Le Choeur des Hivers
Emmanuel Krivine
Orchestre de Douai
Nos Focus
Conseil Québécois de la Musique
Jean-François Lapointe
  Communiqué 2012-2013  
  Agenda 2012-2013  
  Biographie  
  R.Presse Cléopâtre  
  R. Presse Ciboulette  
  R.Presse Carmen  
  ITV-AFP Ciboulette  
  ITV : La Presse.ca  
  ITV : Les Chroniques  
  ITV : Crescendo  
  ITV : RDV Opéra  
  ITV : 8ème Art  
  Liens : ITV Vidéos  
  Masterclasses  
  Agenda 2013-2014  
  Discographie  
Paul Gay
Choeur International
Isabelle David pianiste
Blandine Staskiewic
Orchestre Toulouse
Les Percussions de Strasbourg
 
 
Interview magazine 8ème Art - Don Giovanni - Opéra de Marseille Avril 2011
 
Don Juan, c’est le rôle rêvé ?

C’est un rôle extraordinaire. Un personnage aux mille
facettes. De mon point de vue, même si la musique est sublime, même si c’est l’opéra de Mozart que je préfère, c’est d’abord le personnage qui me parle et qui m’interpelle. Il y a comme ça, dans la littérature, des rôles qu’on ne finit jamais de redécouvrir et d’approfondir.
C’est une chance de pouvoir s’y confronter
Il ne se résume pas à un incorrigible séducteur…?

C’est un homme qui transporte en lui une immense souffrance, une soif de découverte. Sa vie n’est qu’une
fuite en avant qui d’une façon inéluctable le précipite
vers la mort, une mort atroce. Bien sûr il aime séduire, il a besoin de séduire. C’est viscéral. D’ailleurs il explique au deuxième acte à Leporello combien les femmes lui sont nécessaires. Plus que le pain qu’il mange, plus que l’air qu’il respire. Je pense d’ailleurs que lorsqu’il affirme que s’il était fidèle à une seule femme, il serait cruel envers les autres, c’est l’un des rares moments où il est sincère. Ce n’est pas une boutade. Pour lui c’est presque une religion ; c’est en somme sa croix à porter. Il est tout à fait conscient de sa fin et ne cherchera jamais à fuir son destin.
Comment allez-vous orienter votre interprétation ?

Je voudrais faire ressortir le côté noir du personnage, sa souffrance qui transparaît toujours dans ses actes. C’est comme s’il cherchait toujours à se rapprocher de la mort, une sorte de suicide annoncé. Et bien sûr, tout ça dans une musique presque galante, qui impose un style précis et une rigueur à laquelle on ne peut se dérober. C’est là tout le défi de l’interprète et la grandeur du spectacle vivant. Cet opéra exige de grandes compétences musicales et vocales, et une grande profondeur d’interprétation. Et comme c’est une grande oeuvre, on n’a jamais fini d’en saisir tout le sens. C’est donc pour l’interprète une recherche de vérité sans fin.

Interview de Sandro Piscopo-Reguieg mars 2011
 
février 2017
Dimanche 19 
Jean-François Lapointe- Tannhauser
Salle Garnier
Monte Carlo
Mercredi 22 
Jean-Francois Lapointe Tannhauser (Wolfram)
Opéra de Monte Carlo-Salle Garnier
Monaco
         
    accueil - © Viva concertino 2005 - tél.01.47.63.54.82 - - haut de page