Marie-Claude Jouvet écrivain
Nima Sarkechik
Richard Rittelmann
Omo Bello
Bourse Rideau Québec
Ludovic Tézier
Melba Recording
Le Choeur des Hivers
Emmanuel Krivine
Orchestre de Douai
Nos Focus
Conseil Québécois de la Musique
Jean-François Lapointe
  Communiqué 2012-2013  
  Agenda 2012-2013  
  Biographie  
  R.Presse Cléopâtre  
  R. Presse Ciboulette  
  R.Presse Carmen  
  ITV-AFP Ciboulette  
  ITV : La Presse.ca  
  ITV : Les Chroniques  
  ITV : Crescendo  
  ITV : RDV Opéra  
  ITV : 8ème Art  
  Liens : ITV Vidéos  
  Masterclasses  
  Agenda 2013-2014  
  Discographie  
Paul Gay
Choeur International
Isabelle David pianiste
Blandine Staskiewic
Orchestre Toulouse
Les Percussions de Strasbourg
 
 
Interview de Jean François Lapointe pour "Rendez-vous Opéra" : .. Un Don Juan plus noir que jamais....
 
 

Don Juan n'est pas nouveau pour moi. Bien que je l'aie déjà chanté et que je le connaisse bien, il s'agit cependant d'un rôle que j'aie tenu souvent, très souvent : nous avons fait connaissance voici longtemps. j'avais une vingtaine d'années, pendant mes études à l'université, puis plus de Don Juan jusqu'à Trieste, en 2007. J'aime beaucoup ce rôle, mais l'opportunité de le chanter ne s'est pas trouvé toutes ces années. Cela n'est peut-être pas plus mal finalement : dans l'intervalle entre mon travail universitaire, cette fabuleuse rencontre avec Mozart, et aujourd'hui, ma voix a acquis une véritable maturité qui convient bien à mon rôle.
Quinze ans s\'approprier le personnage ......Imprégné tout azimuth...

A Trieste en avril 2007, j'ai pû certes mettre en pratique tout ce que j'avais déjà étudié bien auparavant, mais surtout aller beaucoup plus loin, approfondir encore le personnage.
Quand je chante un rôle aussi colossal et avec autant de facettes que Don Juan, c'est essentiel d'être sur de bien le comprendre, de justifier chacun de ses gestes. je me nourris de toute la littérature ou du cinéma écrits autour.Par exemple Casanova avec Alain Delon m'avez assez inspiré. C'est un Casanova certes vieillissant, mais il y a quelque chose d'intéressant dans ce personnage là, sur de lui, qui m'a inspiré un autre éclairage. J'aime me servir de toutes sortes d'expériences, puis rapporter ces expériences à ma compréhension et à mon interprétation. Bien entendu il y a un autre aspect fondamental à ne surtout pas négliger, c'est d'aller toujours plus loin dans l'interprétation musicale, dans la compréhension que l'on peut avoir d'un compositeur comme Mozart. il faut nourrir le personnage, mais nourrir aussi la musique pure.
Une première vision enracinée...

Il est intéressant de conster qu'une vingtaine d'années après mon premier contact avec Don Juan, j'aurais pu changer complètement de perception du rôle et m'orienter aujourd'hui vers une vision toute autre, mais cela n'est pas le cas. A l'époque j'avais été manifestement bien guidé, mon professeur m'avait donné les bonnes clés pour pouvoir non seulement appréhender l'oeuvre mais aussi pour poursuivre mon travail au fil des années, la maturité aidant. Notre compréhension des choses dépend toujours de la manière dont nous sommes guidés, or le metteur en scène qui nous enseignait nous faisit beaucoup réfléchir et beaucoup travailler. Je ne me souviens bien sur pas de toutes nos discussions de l'époque mais il me reste une sensation, et je continue d'approfondir dans cette même direction. L'aspect noir du personnage de Don Juan prend vraiment tout son relief, je le vois en plus sombre encore, la noirceur de la pièce s'épaissit.
Une vision... parmi tant d\'autres

Certes notre personnalité, nos expériences et le travail personnel que nous pouvons effectuer sont autant de facteurs importants, mais il ne faut pas perdre de vue que nous allons arriver avec un metteur en scène qui va lui aussi avoir une vision propre, tout comme le chef d'orchestre. Ici je n'arrive pas vierge du rôle, j'ai suffisamment joué Don Juan pour en avoir une bonne idée, et j'arrive dans le contexte d'une reprise où le metteur en scène a déjà travaillé le rôle, mais où nous n'avons jamais rien fait ensemble.
Expériences à confronter ...Copie certfiée conforme

Il est totalement illusoire d'imaginer reprendre une oeuvre pour en faire l'exacte copie de ce qu'elle était lors de la création : les chanteurs ne sont pas les mêmes, les voix non plus, les corps non plus, c'est totalement impossible. C'est d'ailleurs rarissime que le metteur en scène demande cela, je l'ai cependant vécu une fois : un metteur en scène qui voulait que sa reprise soit une copie pure, au geste près, de l'oeuvre qu'il avait montée ! C'était de toute manière infaisable.
Création, quand tu nous tiens...

Même si un metteur en scène monte un rôle pour la première fois, il doit en avoir une idée, il doit savoir ce qu'il veut, et normalement mon travail consiste à entrer dans sa conception. Avec certaines personnes, on peut alimenter cette conception, avec d'autres c'est impossible, parcequ'il faut qu'elles le souhaitent. Dans pareil cas, que faire ? On ne sait jamais à l'avance comment tout cela va finir...le vrai bonheur pour moi est de plonger dans un univers où les artistes peuvent apporter de nouvelles idées, approfondir le personnage sous l'oeil expert du metteur en scène qui lui aussi apporte des suggestions. C'est là que les idées peuvent se nourrir mutuellement, un réel travail de création. malheureusement c'est finalement assez rare que cette alchimie profonde ait lieu, mais quand cela fonctionne c'est le bonheur à l'état pur.

Même si j'aime que l'on construise ensemble et que le metteur en scène laisse les interprètes s'exprimer, j'apprécie qu'il ait tout de même des idées, j'ai l'impression de me faire avoir, que le metteur en scène n'a pas fait son travail, or c'est un travail d'équipe, où chacun doit apporter quelque chose !
J'aime certes beaucoup les situations d'échanges d'idées, mais imaginons qu'elles soient à l'exact opposé, les ennuis commencent ! Dans pareil cas le plus intéressant est de trouver une troisième idée, c'est ma vision du travail de création, découvrir ensemble de nouvelles choses, aller ailleurs. C'est sans fin : il n'existe pas version définitive de Don Juan. A la fin de notre travail, il peut nous sembler être allés le plus loin possible de notre processus de création, mais si on se retrouvait tous ensemble quatre ans plus tard, on irait dans une direction totalement différente, tout aussi indéfendable. C'est cela qui est merveilleux.
Sombres dès les premières mesures

La tragédie s'installe dès les premières mesures de l'ouverture : c'est la même musique qu'à l'arrivée du Commandeur. Cela explique tout, et je pars de là. la scène finale du Commandeur est ma scène préférée, c'est une image bien sûr, c'est un grand symbole : c'est la mort,ce Commandeur.

Que Don Giovanni ne se retourne pas n'a rien à voir avec de la bravade ni de la désinvolture. pas du tout, il s'en va simplement au fond de son destin, en sachant parfaitement que cette fin est pour lui la seule possible. j'aime ce personnage, sa fuite en avant. Il est parfaitement conscient qu'il court à sa perte, que le temps s'accélère. il le sait, mais c'est sa façon de vivre, il va aller jusqu'au bout.
 
octobre 2017
Dimanche 01 
Jean Francois Lapointe - Requiem de Fauré
Maison de Radio France
Paris
Dimanche 01 
Richard Rittelmann et Julie Adams - Gala
Gala
San Francisco
Dimanche 01 
Gala
Opéra de Nice
France
Jeudi 05 
Petite Messe solennelle de Rossini
Gala
San Francisco
Samedi 07 
Richard Rittelmann - Festival Franz Listz
Vendredi 13 
Jean-Francois Lapointe " La Favorite" de Donizetti
Opéra de Marseille
Marseille
Samedi 14 
Richard Rittelmann Requiem de Fauré
Opéra Avignon
Samedi 14 
Richard Rittelmann Requiem de Fauré
Opéra Avignon
Dimanche 15 
Jean Francois Lapointe , (Alphonse) - La Favorite
Opéra de Marseille
Marseille
Lundi 23 
Richard Rittelmann Gala de Nöel 2017
Gala de Nöel
Monte Carlo
Lundi 23 
Nima Sazkechik Piano
Mardi 24 
Richard Rittelmann Deutsches Requiem
Cathédrale de Nice
Nice
novembre 2017
Dimanche 19 
Blandine Waldmann Pianiste
Eglise Américaine
Paris
février 2018
Jeudi 01 
Jean Francois Lapointe- Faust-rôle de Valentin
Opéra de Genève
mars 2018
Mercredi 21 
Richard Rittelmann " Romeo et Juliette" Gregorio
Opéra de Nice
France
Mercredi 21 
Romeo et Juliette (de Gregorio )
Opéra de Nice
France
Vendredi 23 
Jean Francois Lapointe- Herodiade, rôle d'érode
Opéra de Marseille
Marseille
         
    accueil - © Viva concertino 2005 - tél.01.47.63.54.82 - - haut de page