Richard Rittelmann
Conseil Québécois de la Musique
Jean-Francois Lapointe 2009/2010
jean Francois Lapointe 2010/2011
Jean Francois Lapointe 2011-2012
jean-françois Lapointe 2008-2009
Auditorium du musée d'Orsay
Auditorium du musée d'Orsay
Laurent Campellone
Ludovic Tézier
  Lucia di Lammermoor  
  Récital à St Etienne  
  Manon Lescaut dec  
  JT de France 2  
  Bal Masqué 06/2007  
  communiqué 12/07  
  communiqué 12/07  
  Rev. Presse Werther  
  Rev. Presse Falstaff  
  R.presse Le Bal Masq  
  Communiqué de presse  
  CD-DVD 2007  
  Disque Gala BadenBad  
  Biographie  
Conseil quebecois de la Musique Musicora
Aristes en show case
Jean Philippe Lafont
Philharmonie Luxembourg
 
 
Ludovic Tézier communiqué presse saison 2007-2008
 
Une saison 2007-2008 éblouissante pour le baryton français Ludovic Tézier.
 

Une saison 2007-2008 éblouissante pour le baryton français Ludovic Tézier, puisque le champ musical qu’il parcourt cette saison le mène du Lelio de Berlioz cet été à Salzbourg, sous la direction de Ricardo Muti à Falstaff de Verdi (rôle de Ford, Théâtre des Champs Elysées, juin 2008), en passant par le Belcore de L’Elixir d’amour de Donizetti (novembre 2007 – Covent Garden de Londres).

Un étonnant et rare Werther en version baryton (Théâtre de la Monnaie de Bruxelles, décembre 2007), et le Marcello de La Bohême (avril 2008, Metropolitan Opera de New York).

Tous ces haut-lieux du monde lyrique, Ludovic Tézier les conquiert un à un, et son répertoire s’élargit de la même éclatante façon. Les impératifs vocaux du bel canto pour l’Elixir, associés à la veine très latine du rôle de Belcore, la finesse du rôle de Werther – poétique et lyrique variation goethéenne imaginée par Massenet, le mèneront finalement à un mode plus léger -puisque le Marcello de La Bohême demande de la verve, et plus encore le Ford de Falstaff

De la veine élégiaque et éperdue de l’opéra romantique à la virulence, de la ligne tendue du bel canto aux lignes brisées du Verdi le plus tardif, Ludovic Tézier travaille l’exaltation psychologique et vocale, mais aussi toutes les subtilités de mondes beaucoup plus secrets. Beau défi que ce passage constant du divertissement à la majesté… C’est tout l’opéra, et Ludovic Tézier en est décidément un grand maître.

Les relations presse et relations publiques de Ludovic Tézier sont gérées par Martine Buéno
 
         
    accueil - © Viva concertino 2005 - tél.01.47.63.54.82 - - haut de page