Richard Rittelmann
Conseil Québécois de la Musique
Jean-Francois Lapointe 2009/2010
jean Francois Lapointe 2010/2011
Jean Francois Lapointe 2011-2012
jean-françois Lapointe 2008-2009
Auditorium du musée d'Orsay
Auditorium du musée d'Orsay
Laurent Campellone
Ludovic Tézier
  Lucia di Lammermoor  
  Récital à St Etienne  
  Manon Lescaut dec  
  JT de France 2  
  Bal Masqué 06/2007  
  communiqué 12/07  
  communiqué 12/07  
  Rev. Presse Werther  
  Rev. Presse Falstaff  
  R.presse Le Bal Masq  
  Communiqué de presse  
  CD-DVD 2007  
  Disque Gala BadenBad  
  Biographie  
Conseil quebecois de la Musique Musicora
Aristes en show case
Jean Philippe Lafont
Philharmonie Luxembourg
 
 
Ludovic Tézier : communiqué de presse 12-2007
 
Novembre et décembre 2007

Novembre et décembre 2007
Belcore : L’Elisir d’amor de Donizetti Covent Garden Londres
Werther de Massenet (version baryton) La Monnaie Bruxelles
 

Après son succès dans le Bal Masqué de Verdi à l’Opéra Bastille à la fin de la saison dernière, Ludovic Tézier aborde un début de saison 2007-2008 en enchaînant deux rôles très contrastés, le Belcore de L’Elixir d’amour de Donizetti (en novembre 2007) au Covent Garden et une étonnante version pour baryton, le rôle titre de Werther (au Théâtre de la Monnaie de Bruxelles (en décembre 2007).



Dès Novembre 2007 Ludovic se retrouve donc la scène du Covent Garden, où il déjà chanté en 2004 (Albert de Werther)
Il tiendra le rôle de Belcore dans l’Elisir d’Amore, sous la baguette de Mikko Franck, aux cotés d’Aleksandra Kurzak (Adina) et de Rolando Villazon dans une mise en scène et costumes de Laurent Pelly.


Une légèreté belcantiste dans ce rôle de Belcore « galant sergent » de L’Elisir d’Amor de Donizetti. De la vitalité et de la verve pour cet opéra-divertissement doté d’une belle intrigue sentimentale, les ressorts théâtraux d’une parfaite efficacité : tout cela, Ludovic Tézier le manie avec talent et une excellente familiarité avec la veine pleine d’éloquence, le charme et l’italianité éternelle de l’œuvre.
Puis en décembre 2007 c’est une prise de rôle qui attend Ludovic Tézier au Théâtre de la Monnaie de Bruxelles. Un rôle assez inattendu que celui de Werther dans une version pour baryton. La Monnaie propose donc en alternance l’originalité d’un Werther version baryton et version ténor

Après Belcore c’est de fait, un tout autre type de sentiment que nourrit le Werther de Massenet, postérieur de près de soixante ans à l’opéra-bouffe de Donizetti. Le roman de Goethe inspire au compositeur un opéra psychologique, où l’évolution des liens entre Charlotte, l’héroïne, et Werther va de pair avec une succession de grands moments lyriques, dont les sommets romantiques sont un des défis pour l’interprète, qui doit éviter toute mièvrerie. Présenter la version baryton de Werther s’avère donc très intéressant : Ludovic Tézier y sera un Werther sombre et subtil, dont on attend le meilleur, d’autant que la finesse psychologique du rôle va de pair avec le caractère éperdu des grands moments vocaux… Retrouver, par la grâce d’une voix plus grave, les sommets lyriques d’un rôle traditionnellement dévolu à un ténor est un défi qui n’effraie nullement Ludovic Tézier, dont le répertoire s’étend peu à peu vers des univers musicaux très diversifiés
 
         
    accueil - © Viva concertino 2005 - tél.01.47.63.54.82 - - haut de page